antalya rent a car Google
ehliyet sınav soruları alanya haber
kameralı sohbet
Accueil > Actualité > Atelier de l’arbitrage : un ratage !

Atelier de l’arbitrage : un ratage !

S’il y a bien un atelier qui a été défaillant parmi les 8 qui ont été mis en place lors du symposium du renouveau du football national au Centre international des conférences de Club des pins, c’est bien l’arbitrage. Les anciens arbitres, dont certains n’ont aucun vécu ni au plan national ni international, retenus au sein de cet atelier, n’ont absolument rien apporté ; pis encore, ils n’ont pas cessé durant les 2 jours à créer la zizanie, et ont contribué pleinement au ratage de cet atelier qui fut le plus faible, eu égard à sa composante et aux recommandations préconisées. Durant les séances de travail, Mohamed Sandid, chargé principal par les organisateurs de modérer les débats et de proposer des actions, s’est violemment accroché avec Djamel Benchenaa pour une question de badge international, d’où le dérapage des débats. Hocine Ould El-Hadj, un intellectuel, ancien membre de la CCA, a tenté tant bien que mal de sauver la mise, en vain. Le niveau entre certains membres et lui était trop différent. L’ancien cadre de l’éducation de Tizi Ouzou nous dira qu’il est contre l’exclusion et la marginalisation. “J’aurais souhaité voir aujourd’hui un Djamel Haïmoudi dans cet atelier pour apporter sa riche expérience et son vécu, j’ignore sincèrement pourquoi il n’est pas là ? Même Yahia Bechirène pourrait beaucoup apporter par sa riche expérience dans la gestion de l’arbitrage. Je lutterai de toutes mes forces pour que toutes les compétences soient sollicitées.” À cause des tiraillements entre les membres, cet atelier a complètement raté l’occasion de proposer des solutions concrètes. “On n’a absolument rien discuté de concret, on a éludé toutes les questions pertinentes, c’est normal, lorsque les membres sont venus pour solder leurs comptes du passé, je suis désolé et navré du niveau bas de cette commission”, confie l’un des membres retenus au sein de cet atelier. Même Mokhtar Amalou a brillé par son absence durant la seconde journée, alors qu’il devrait être là pour suivre de plus près ces collègues. Mohamed Ghouti, président de CFA, était complètement déconnecté. C’est dire que l’absence des grands ténors, Medjiba, Lacarne, Kouradji, Benbetka, Haïmoudi, a pesé lourd. Avant la clôture, Mohamed Sandid et Samim Oussaci ce sont accrochés verbalement en raison de la mésentente sur la lecture finale du rapport, chacun voulait le lire devant l’assistance, finalement c’est Sandid qui a eu le dernier mot !
Dommage !

Emploi et Recrutement en Algérie

R. A.

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Ouyahia : « Si le président Bouteflika veut aller à un 5e mandat, je serais à ses côtés »

Ahmed Ouyahia a tenté d’atténuer l’impact de l’instruction qui lui a été adressée par le ...

Partages
%d blogueurs aiment cette page :
bypass shell
wacth porn
hacklink mature porn