antalya rent a car Google
ehliyet sınav soruları alanya haber
kameralı sohbet
Accueil > International > Catalogne : Puigdemont dénonce les mesures prises par Madrid

Catalogne : Puigdemont dénonce les mesures prises par Madrid

EN IMAGES – Après l’annonce du gouvernement espagnol de suspendre l’autonomie de la Catalogne, le président du gouvernement catalan a déclaré que son peuple ne pouvait accepter une telle décision. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Barcelone à l’origine pour réclamer la libération de deux leaders séparatistes.

Après l’annonce du chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, de la suspension de l’autonomie de la Catalogne, le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, a déclaré que les mesures prises par Madrid représentaient «la pire attaque contre la constitution catalane depuis [la dictature de Francisco] Franco».

Ce matin, le chef du gouvernement espagnol a demandé au Sénat la destitution du gouvernement indépendantiste pour pouvoir organiser des élections régionales dans les six mois. «Le peuple catalan ne peut accepter cette attaque», a lancé Carles Puigdemont dans une allocution télévisée. «Imposer un gouvernement qui n’a pas été choisi par les citoyens est incompatible avec l’Etat de droit», a-t-il dénoncé avant de prévenir: «Les responsables qui ont piétiné la volonté des Catalans sont ceux qui veulent nous gouverner». Sans prendre de décision directement, Carles Puigdemont a annoncé la tenue d’une séance plénière la semaine prochaine au parlement régional «pour débattre» de la réponse qu’il faudra apporter à Madrid.

Un «coup d’Etat»

Peu de temps auparavant, la présidente du parlement catalan avait pour sa part dénoncé «un coup d’Etat» et une «attaque contre la démocratie». «Le Premier ministre Rajoy veut que le Parlement de Catalogne cesse d’être un parlement démocratique mais nous ne le permettrons pas», a déclaré Carme Forcadell dans un discours diffusé à la télévision.

Ce samedi après-midi, des cetaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues à Barcelone. La police locale parle de 450.000 personnes. Cette manifestation – qui serait la plus important depuis le début de la crise – était organisée à l’origine pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes arrêtés au cours de la semaine, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez.

» LIRE AUSSI – Le gouvernement espagnol lance le processus de suspension de l’autonomie de la Catalogne

Cette manifestation a été organisée à l'origine pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes arrêtés au cours de la semaine, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez.
Cette manifestation a été organisée à l’origine pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes arrêtés au cours de la semaine, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez. LLUIS GENE/AFP
Les indépendantistes sont descendus dans la rue après l'annonce du gouvernement espagnol de suspendre l'autonomie de la Catalogne.
Les indépendantistes sont descendus dans la rue après l’annonce du gouvernement espagnol de suspendre l’autonomie de la Catalogne. GONZALO FUENTES/REUTERS
Emploi et Recrutement en Algérie

«Nous nous sentons catalans, le sentiment espagnol a disparu. Le peuple catalan est complètement déconnecté des institutions espagnoles, et surtout de l’Etat espagnol», a expliqué Ramon Millol, un mécanicien de 45 ans. «Je suis totalement indignée et extrêmement triste, parce que je sens qu’ils piétinent nos droits et nos idées, en tant que Catalans», a déploré Meritxell Agut, 22 ans, employée dans une banque.

Lors d’un conseil des ministres extraordinaire samedi matin, le gouvernement espagnol a lancé le processus permettant à Madrid de prendre en mains certaines compétences dévolues à la Catalogne, en application de l’article 155 de la Constitution espagnole. En vertu de ce texte, le président du gouvernement catalan Carles Puigdemont, qui était à la tête de la manifestation, a été limogé. Il doit s’exprimer à 21h locales. Il était arrivé à la manifestation sous les acclamations de «Président! Président!», avec d’autres membres du gouvernement catalan à ses côtés, eux aussi menacés de destitution.

» LIRE AUSSI – Catalogne: Carles Puigdemont, l’indépendantiste obstiné

Le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, était à la tête de la manifestation.
Le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, était à la tête de la manifestation. JOSEP LAGO/AFP
Après l'annonce de son limogeage, Carles Puigdemont doit s'exprimer à 21h locales.
Après l’annonce de son limogeage, Carles Puigdemont doit s’exprimer à 21h locales. GONZALO FUENTES/REUTERS

L’article 155 de la Constitution espagnole, jamais encore appliqué, permet au gouvernement de prendre en charge certaines compétences normalement attribuées aux régions, suspendant ainsi l’autonomie de la Catalogne et les fonctions de l’exécutif régional. «L’application de l’article 155 est excessive», a regretté José Rodríguez, un fonctionnaire de 41 ans.«C’est le peuple qui a le droit et la loi», a affirmé Joan Cañalas Rios, un métallurgiste de 56 ans. «On veut plus de démocratie, plus de dialogue», a-t-il poursuivi

Les mesures doivent être approuvées par le Sénat, dont le vote devrait intervenir vendredi 27 octobre. Une commission spéciale se réunira probablement lundi pour en débattre.

L’enclenchement de l’article 155 constitue le dernier épisode d’une crise sans précédent pour l’Espagne, déclenchée par le référendum d’autodétermination organisé le 1er octobre mais déclaré illégal.

RAFAEL MARCHANTE/REUTERS
L'enclenchement de l'article 155 constitue le dernier épisode d'une crise sans précédent pour l'Espagne.
L’enclenchement de l’article 155 constitue le dernier épisode d’une crise sans précédent pour l’Espagne. RAFAEL MARCHANTE/REUTERS

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Vexé, Donald Trump décline l’offre « probable » de « Time » pour être personnalité de l’année 2017

MEDIAS – Le président américain Donald Trump a assuré ce vendredi 24 novembre décliné une ...

Partages
bypass shell
wacth porn
hacklink mature porn