antalya rent a car Google
ehliyet sınav soruları alanya haber
kameralı sohbet
Accueil > International > Actualité Internationale > En Pologne, une fête de l’indépendance gâchée par les nationalistes

En Pologne, une fête de l’indépendance gâchée par les nationalistes

Commémoré en France dans une atmosphère de recueillement pour les victimes de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre est célébré en Pologne comme la fête de l’Indépendance, en référence à la renaissance, en 1918, d’un État polonais souverain après 123 années d’absence sur les cartes européennes.

Toutefois, depuis quelques années, ce ne sont pas les cérémonies officielles qui attirent le plus de participants, mais la “Marche de l’indépendance”, organisée par plusieurs associations légales d’extrême droite comme ONR et les Jeunesses polonaises. Selon elles, il s’agit de “la plus grande manifestation patriotique et nationale en Europe”.

Samedi 11 novembre, cette marche aurait réuni dans les rues de Varsovie 60 000 personnes, soit bien plus que deux autres rassemblements concurrents. Le Comité de défense de la démocratie (KOD), qui défilait avec des hommes politiques de l’opposition sous le mot d’ordre “Pologne indépendante et européenne”, n’a rassemblé que quelques milliers de personnes, soit à peu près autant que l’hétéroclite Entente antifasciste composée des Verts, de mouvements féministes, de syndicats et du parti de gauche Razem.

Emploi et Recrutement en Algérie

La fête de l’Indépendance est avant tout devenue celle des nationalistes, des racistes et des xénophobes, regrette l’hebdomadaire de gauche Polityka. Même les hommes politiques du PiS [le parti ultra-conservateur au pouvoir depuis 2015] le sentent, puisqu’ils ne mettent plus les pieds à la Marche de l’indépendance [de Varsovie] et ses mutations dans les autres villes, préférant organiser leurs propres célébrations.”

Un silence coupable

Ce qui n’a pas empêché “le ministre de l’Intérieur Mariusz Błaszczak de s’émerveiller des marches nationalistes en conférence de presse”, ajoute Polityka. “‘La fête de l’Indépendance s’est déroulée dans une très bonne atmosphère, en toute sécurité. Nous avons pu voir les couleurs nationales dans les rues de Varsovie, c’était beau’, a-t-il déclaré, sans remarquer dans la mer des drapeaux rouge et blanc de grandes bannières racistes avec les slogans ‘Europe blanche’, ‘Tous égaux, tous blancs’, ‘Sang pur’. Interrogé sur ce point, il a demandé de ‘ne pas faire d’associations automatiques’, avant d’ajouter que la possibilité de manifester avec de tels slogans puis d’en discuter était une manifestation de liberté.”

Sur un ton lugubre, le quotidien libéral Gazeta Wyborcza déplore que face à ceux qui “fascisent la Pologne, la majorité se tait. Oui, la majorité se tait toujours. Par paresse et par opportunisme, quand il n’est pas encore trop tard. Par peur, quand il est déjà trop tard. De cette manière, la majorité passive se fait le complice actif du mal.” Le journal constate également notre incapacité à élaborer une formule convaincante de nation pacifique et tolérante et de patriotisme démocratique, liés non pas à l’idéologie nationale-catholique, mais aux valeurs universelles polonaises et européennes.”

Le portail pro-PiS wPolityce minimise quant à lui la présence dans la Marche d’éléments racistes ou fascistes, soulignant que “l’écrasante majorité des participants étaient des patriotes polonais qui manifestaient leur attachement à leur pays”. Il admet toutefois que “si l’on veut sérieusement servir la patrie, on ne peut pas tolérer des postures qui sont non seulement contraires à ce service, mais en plus nuisent à la réputation de la Pologne et des Polonais à l’étranger. […] Le mouvement national polonais n’a jamais reposé sur le racisme. […] Or, lors de cette Marche, des activistes de l’ONR portaient une bannière avec un slogan ouvertement raciste. Le porte-parole des Jeunesses polonaises a également parlé du ‘séparatisme racial’ de son organisation. Ce transfert nouveau de la doctrine de l’apartheid dans le terreau du nationalisme polonais restera longtemps dans les mémoires.”

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Violences contre les Rohingyas: la communauté internationale hausse le ton contre la Birmanie

ALGER – Après le rapport d’Amnesty impliquant clairement les autorités birmanes notamment l’armée dans les ...

Partages
bypass shell
wacth porn
hacklink mature porn