antalya rent a car Google
sunexpress
Accueil > Algérie > National > IL A INSTRUIT LES AUTORITÉS D’INDEMNISER LES VICTIMES DES DERNIERS INCENDIES : Bouteflika au secours de la Kabylie

IL A INSTRUIT LES AUTORITÉS D’INDEMNISER LES VICTIMES DES DERNIERS INCENDIES : Bouteflika au secours de la Kabylie

IL A INSTRUIT LES AUTORITÉS D’INDEMNISER LES VICTIMES DES DERNIERS INCENDIES

Les feux ont toujours été les plus pires ennemis des sapeurs-pompiersLes feux ont toujours été les plus pires ennemis des sapeurs-pompiers
Emploi et Recrutement en Algérie

Le gouvernement compte aussi être au chevet du secteur de l’agriculture par les opérations de reboisement qui permettront de remplacer les arbres fruitiers endommagés par les incendies et l’indemnisation des divers éleveurs.

Le président Abdelaziz Bouteflika a lui-même instruit le gouvernement d’indemniser les victimes des incendies qui se sont déclarés la semaine dernière dans la wilaya de Tizi-Ouzou et dans 17 autres wilayas du pays également touchées. C’est le ministre de l’Intérieur Mohamed Nour-Eddine Bedoui qui l’a annoncé hier lors de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou afin de s’enquérir des dégâts occasionnés par ce phénomène. Nour-Eddine Bedoui a précisé que des commissions sont désormais à pied d’oeuvre au niveau de la wilaya afin d’évaluer l’ampleur des pertes. La visite du ministre de l’Intérieur a eu comme première escale, les villages les plus touchés par les flammes, à savoir Aït Ouacif, Iboussïdène et Aït Rahmoune, tous situés dans la commune d’Aït Yahia Moussa, daïra de Draâ El Mizan. Au niveau du village Aït Rahmoun, Nour-Eddine Bedoui s’est rendu à la demeure de la première victime des incendies, Kerouane Rabah, 64 ans, pour présenter ses condoléances à la famille du défunt. Sur les mêmes lieux, l’hôte de Draâ El Mizan a précisé que l’instruction présidentielle concerne le remboursement de toutes les pertes enregistrées aux localités touchées comme les habitations, les arbres fruitiers, le cheptel et le rucher local. Des commissions sont à pied d’oeuvre au niveau de la wilaya.
Notons par ailleurs que la région possède un riche couvert végétal qui lui donne une dense couverture en forêts. Les feux ont toujours été les plus pires ennemis. Rien qu’à Aït Yahia Moussa, région fortement boisée, les populations ont maîtrisé les incendies depuis les années 1940. Des sources locales affirment que la région a depuis longtemps connu des incendies importants. En 1983 déjà les feux avaient fait six morts. C’est dire la nécessité de renforcer la présence des services concernés et de la Protection civile dans la région de Draâ El Mizan et toutes les régions fortement boisées comme Mizrana et Yakouren. Lors de sa conférence, Bedoui a partagé cette nécessité et le renforcement des moyens mobiles de la Protection civile par au moins deux colonnes.
La question est d’un intérêt majeur pour les hautes autorités du pays. Nous en voulons pour preuve une visite du ministre de l’Agriculture Abdelkader Bouazghi qui est annoncée pour aujourd’hui. La visite s’inscrit justement dans la perspective d’être aux côtés des agriculteurs et des éleveurs de la wilaya, fortement touchés par les flammes.
Il est à rappeler également que l’APW de Tizi-Ouzou a programmé une session extraordinaire pour se pencher sur le problème qui risque de prendre des proportions exagérées s’il n’est pas pris en charge en urgence.
Aussi, la présence de deux ministres en 48h dans la wilaya est un indicateur fort que le gouvernement ne badine pas avec la sécurité des citoyens et de leurs activités économiques. Au niveau de la wilaya, une cellule est à pied d’oeuvre au niveau de la wilaya alors qu’une autre vient d’être installée à l’APW. L’été ne fait que commencer et l’ampleur prise par les incendies de la semaine dernière n’est qu’un aperçu et un avant-goût de ce qui attend les populations si des mesures urgentes et efficaces au niveau local d’abord, ne sont pas prises.
Des statistiques qui confirment la rumeur. Parmi les conséquences du manque de coordination que l’APW pointe du doigt, figure le manque de statistiques. Aujourd’hui, faute de statistiques actualisées et fiables, la population n’a recours qu’à la rumeur. Des rumeurs qui, malheureusement informent les organismes officiels chargés des statistiques. Le danger, en fait, ne réside pas dans l’absence de l’information en elle-même, mais c’est plutôt dans le fait que la population, à ce rythme, finit toujours par donner plus de crédibilité à la nouvelle propagée par la rumeur. Et la rumeur est dangereuse dans la mesure où elle peut être utilisée à des fins occultes.

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

APRÈS LA CAPITALE : Tebboune en périple à l’est du pays

Pas de vacances pour le Premier ministre Le nouveau Premier ministre devrait effectuer dans les ...

Partages