antalya rent a car Google
sunexpress
Accueil > International > Le premier face à face très attendu de Donald Trump avec la presse

Le premier face à face très attendu de Donald Trump avec la presse

ÉTATS-UNIS – Au lendemain des adieux de Barack Obama, les projecteurs se sont braqués sur Donald Trump qui répondait, mercredi 11 janvier, à la presse pour sa première conférence de presse depuis son élection. Offensif, le président élu à répondu à toutes les questions – ou presque – des journalistes, même les plus polémiques.

Un exercice délicat pour le populiste, dans un contexte tendu après la publication de documents potentiellement explosifs détenus par Moscou. Plusieurs médias américains affirment que les chefs du renseignement américain ont informé Donald Trump de l’existence de dossiers compromettants pour lui qui auraient été recueillis pendant des années par la Russie afin d’éventuellement le faire chanter.

Revivez, ci-dessous, l’intégralité de la conférence de presse de Donald Trump.

• Sur le « dossier compromettant » russe

Et le président élu a abordé ces questions dès les premières minutes de son allocution. « Ces informations ont peut-être été divulguées par les services secrets. Ce serait un énorme déshonneur. « Je voudrais remercier beaucoup de médias parce qu’ils ont examiné ces fausses informations. Votre réputation en sort grandie à mes yeux », a-t-il notamment lancé.

Quelques minutes plus tard, il a refusé de répondre a la question d’un journaliste de CNN – qui a relayé le rapport confidentiel – lançant: « Vous, vous produisez des informations bidons! »

Interrogé par les journalistes sur ce dossier brûlant, Trump a été plus loin en indiquant que « toutes ces choses » sont inventées par ses « adversaires. » Ce sont des personnes folles qui ont regroupé toutes ces foutaises ».

« Je suis germaphobe » (c’est à dire ne supportant pas les microbes, ou les germes), a-t-il ajouté pour mieux se défendre. Faisant une allusion directe à la rumeur selon laquelle la Russie détient une vidéo le montrant avec des prostituées accomplissant des « golden showers ».

• Sur le piratage Russe

Autre dossier sensible: Donald Trump a été questionné sur le rôle de la Russie dans la campagne présidentielle américaine. Et pour la première fois, le milliardaire a admis le rôle du Kremlin dans ce piratage.

« Tout le monde fait des cyberattaques. (…) Les démocrates auraient pu avoir des défaillances en termes de piratage. Il y a eu des tentatives pour pirater le parti national républicain, mais elles ont échoué », a-t-il lancé.

« Nous allons produire un rapport pour lutter contre ce phénomène nouveau. Car les Etats-Unis sont victimes de piratage de toute part. De la Russie et d’autres pays », a-t-il lancé, en ciblant particulièrement la Chine: « 22 millions de comptes ont été piratés par la Chine parce que nous n’avons pas de défense anti-piratage. ».

• Sur ses relations avec la Russie

Sans surprise, Donald Trump a également dû répondre aux interrogations sur ses relations avec la Russie de Vladimir Poutine. « Si Poutine m’apprécie, c’est plutôt un atout. Nous avons de mauvaises relations avec la Russie et elle peut nous aider à combattre l’État islamique », a-t-il lancé avant de nuancer: « Je ne suis pas sûr du tout que je vais m’entendre avec lui. »

« La Russie, la Chine, le Japon, le Mexique, tous les pays vont nous respecter beaucoup plus que cela n’a été le cas sous les administrations précédentes », a-t-il également déclaré.

• Sur l’emploi

Emploi et Recrutement en Algérie

Donald Trump a également voulu être le porteur de bonnes nouvelles. « Je serai le plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé », a-t-il lancé.

« Il y a une atmosphère fantastique en ce moment, une atmosphère que beaucoup de gens me disent n’avoir jamais vue auparavant », a-t-il déclaré avant de confier attendre « avec impatience la cérémonie d’investiture. »

Le temps où les entreprises délocalisaient leurs entreprises au Mexique « est fini », a également lancé le président élu. « Si vous voulez licencier tous vos employés américains pour aller au Mexique, vous allez payer une taxe frontalière très importante. (…) Si nos politiques avaient eu un peu plus de courage ils l’auraient fait il y a des années, et cela aurait sauvé des millions d’emplois. »

• Sur d’éventuels conflits d’intérêt

Le président élu a affirmé avoir cédé ses entreprises à ses deux fils Eric et Donald Jr pour toute la durée de son mandat, pour prévenir toute accusation de conflits d’intérêt. « Mes deux fils ici présents, Don et Eric, vont diriger la société. Ils la dirigeront de façon très professionnelle. Ils ne m’en parleront pas », a expliqué le milliardaire, avant de quitter la scène pour laisser place à sa fiscaliste Sherri Dillon qui s’est employée à réfuter tout conflit d’intérêts.

Pour ce faire, elle a détaillé, pendant de longues minutes, la gestion de l’empire de Donald Trump par ses enfants. Sa fille Ivanka, impliquée dans les affaires familiales va également quitter ses fonctions, a confirmé le président élu.

• Sur l’Obamacare

« Vous allez être très fiers de ce que nous allons faire en matière de santé. Obamacare est un désastre. Ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent, le système est en train d’imploser », a dénoncé le président élu au sujet de la réforme emblématique de Barack Obama avant de poursuivre sur le même ton: « Cette année va être désastreuse. »

« Nous allons abroger et remplacer » cette mesure. « Nous allons avoir un système de santé qui sera beaucoup moins cher et beaucoup plus performant » a également expliqué Donald Trump, sans toutefois préciser les détails de ses futures mesures.

• Sur le mur entre les Etats-Unis et le Mexique

« Nous allons bâtir un mur. (…) Et le Mexique va payer », a lancé Donald Trump, avant de louer ses bonnes relations avec le gouvernement et le peuple mexicain: « beaucoup de Mexicains travaillent pour moi. Ce sont des gens formidables », a-t-il également déclaré, dans un style qui lui est propre.

Le rendez-vous très attendu a duré un peu plus d’une heure dans la Trump Tower, au coeur de Manhattan. C’est dans ce même bâtiment de verre qu’il avait lancé, le 16 juin 2015, sa candidature après une descente d’escalator désormais célèbre.

Lire aussi :

Ces questions (sérieuses) auxquelles Trump n’a pas encore répondu sur Twitter

BLOG – L’élection de Trump prouve que l’empathie est une arme

Donald Trump nomme son gendre Jared Kushner à la Maison Blanche

Trump réagit au discours de Meryl Streep: « elle est à la botte d’Hillary »

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Le virus Petya serait-il originaire d’Ukraine?

Les spécialistes de la société de cybersécurité ESET ont affirmé avoir déterminé la source du ...

Partages