antalya rent a car Google
ehliyet sınav soruları alanya haber
kameralı sohbet
Accueil > Sciences et Santé > L’incroyable inflation des prix des médicaments

L’incroyable inflation des prix des médicaments

A picture taken on March 23, 2017 in Nantes, western France, shows pills, tablets, suppositories and pharmaceutical drugs. / AFP PHOTO / LOIC VENANCE

En annonçant un prix de 475 000 dollars (398 570 euros) pour le dernier-né de ses anticancéreux, le géant pharmaceutique suisse Novartis place la barre très haut. Depuis plusieurs années payeurs, médecins et patients s’affolent de l’envolée des prix des traitements, avec un ticket d’entrée à plus de 100 000 dollars pour les nouvelles « immunothérapies ». Ce nouveau record relance la polémique. Approuvé le 30 août par la FDA, l’agence américaine du médicament, le Kymriah consiste à reprogrammer les cellules immunitaires du malade – les lymphocytes T – pour attaquer les cellules cancéreuses. Baptisées « CAR T-cells » dans le jargon, ces cellules ne sont pas des médicaments comme les autres : chaque lot doit être fabriqué sur mesure pour chaque patient, à un coût astronomique.

Emploi et Recrutement en Algérie

Aux Etats-Unis, le Center for Biomedical Innovation du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dénombre plus de 600 thérapies géniques et cellulaires en développement. Celles qui atteindront le marché devraient être lancées avec un prix du même ordre que celui du Kymriah de Novartis. Au-delà du coût de fabrication, les laboratoires avancent différentes explications pour justifier leur positionnement. Dans la mesure où elles ciblent des cellules bien précises, le nombre de patients « répondeurs » définit un marché très limité. Leur mode d’action – une modification durable du système immunitaire – est une autre variable dans cette équation complexe. « Avec les médicaments classiques, dans le cadre d’une maladie chronique, la dépense est lissée sur plusieurs années. Là, elle est immédiate », explique John Glasspool, qui pilote au MIT une réflexion sur les modes de financement et de remboursement de ces médicaments innovants.

Pour mieux faire passer la pilule, Novartis s’engage à ne pas facturer le traitement en cas d’échec.

Pour mieux faire passer la pilule, Novartis s’engage à ne pas facturer le traitement en cas d’échec. Ce principe de « satisfait…

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Flexisécurité : « Une évaluation d’impact sur la santé devra être mise en place »

Tribune. Flexisécurité : l’idée fait rêver, chacun est satisfait. Les employeurs n’hésitent pas à recruter, puisque ...

Partages
bypass shell
wacth porn