Accueil > Culture et Divertissement > Ouverture à Paris du 2e Festival du cinéma palestinien (FCP)

Ouverture à Paris du 2e Festival du cinéma palestinien (FCP)

PARIS- La deuxième édition du Festival Ciné-Palestine (FCP) a ouvert lundi soir ses portes et se poursuivra jusqu’au 5 juin à Paris au cours duquel 22 séances et 31 films sont prévus au programme.

La première édition de ce festival, organisée en mai 2015, fut un succès tant sur le plan de la fréquentation (avec plus de 1500 spectateurs pour 16 séances), que celui des retombées médiatiques, en France.

La première semaine du 2e FCP se tiendra à Paris, puis durant la deuxième semaine à Saint-Denis (université Paris 8) et Aubervilliers (cinéma Le Studio).

Le film du réalisateur Mai Masri «3000 Nuits» a été projeté, dans la soirée d’ouverture, en avant-première à l’Institut du monde arabe (IMA), en présence d’un public nombreux venu découvrir le cinéma d’un peuple sous occupation israélienne.

Une fiction de 103 minutes, qui a reçu plusieurs distinctions, raconte l’histoire d’une jeune Palestinienne (Layal) qui se fait arrêter et incarcérer dans une prison israélienne hautement sécurisée, lieu où elle donne naissance à un garçon.

Emploi et Recrutement en Algérie

Dès l’entame, le film accroche le spectateur en focalisant sur la lutte de cette jeune maman pour sa survie et celle de son nouveau-né à l’intérieur d’une prison de l’occupant israélien.

Ce long métrage, sous-titré en français, a reçu le « Jury Award» de Women’s International Film & Television Showcase (WIFTS), en 2015 à Los Angeles, « Audience Award», à Valladolid (2015) en Espagne, « Prix du Public» au Festival International d’Annonay (France) 2016, «Youth award» au Festival International pour les droits de l’homme à Genève, « Circle Special Jury Award» au Festival International de Washington DC en 2016.

Selon les organisateurs, le 2e Festival Ciné-Palestine sera l’occasion de faire un focus Archives et Mémoire, avec la collaboration du département cinéma de l’université Paris 8. A cet effet, des projections, de débats et d’une table-ronde seront organisés pour traiter les archives du cinéma palestinien, les difficultés de leur inventaire et de leur conservation, ainsi que du lien entre cinéma et mémoires historique, politique et culturelle des Palestiniens.

Selon toujours les organisateurs, de nombreux cinéastes et artistes palestiniens participeront aux débats organisés lors de la quinzaine de journées.

Les films proposés au public, durant ce festival, « ouvrira de multiples fenêtres sur l’histoire, la société et la culture palestiniennes, illustrera les liens entre passé et présent, et portera en avant plusieurs cinéastes qui sont le futur de la cinématographie palestinienne», a-t-on expliqué.

 

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Une semaine d’activités culturelles

ALGER – Le paysage culturel a été marqué, lors de la semaine écoulée, par plusieurs ...

Partages