antalya rent a car Google
ehliyet sınav soruları alanya haber
kameralı sohbet
Accueil > Actualité > Femmes DZ et entrepreneuriat : entre concret et vœux pieux (Vidéo)

Femmes DZ et entrepreneuriat : entre concret et vœux pieux (Vidéo)

Un espace pour femmes entrepreneurs ! Voilà ce qu’a été, le temps d’un après-midi le « Vivarium », un lieu d’échanges culturels, se trouvant au niveau de Hydra, à Alger.

Ce samedi 05 janvier 2018, entre 12H30 et 17h,  a eu lieu un événement intitulé  « MKS ROOM : elles entreprennent » au « Vivarium ». Organisé par « Makesense Algérie » une association internationale dont le rôle est de promouvoir l’entrepreneuriat social. Cet événement  a réuni des femmes entrepreneurs, des artistes, des étudiants, des porteurs de projets et des curieux autour d’un débat sur « la place de la femme dans la société algérienne» avec des manifestations artistiques au milieu du débat.

Quatre intervenantes ont animés la table ronde : Louise Dib, Myriam Amroun, Ikram Loubna Nour et Yasmine Bouchene. Ce quatuor s’est attelé à débattre avec les présents sur plusieurs sujets liés aux femmes entrepreneurs en Algérie. Louise Dib est la créatrice du concept de laboratoire typographique pour graphistes confirmés « Makhbar el khatt », Myriam Amroun, est manager culturel indépendante (parmi ses projets : DJART’14 et El Medreb), Ikram Loubna Nour, est la fondatrice de « Wooly » (une ligne de vêtements linges de maison en crochet, tricot, laine et coton, conçus soigneusement par de jeunes femmes passionnées, et enfin Yasmine Bouchene fondatrice de « Vinyculture »et l’agence digitale « Workbees ». Le débat a été modéré par Sidahmed Hamid,  membre de « MakeSense Algérie ».

Réalisation: Celia BAZIZ/Rédaction Digitale de « Liberté » (#RDL)

Le débat à été subdivisé en trois parties. Au début de l’événement les intervenantes ont partagé leur parcours et expériences entrepreneurials. À la deuxième partie le débat s’est porté sur l’influence et le regard de l’entourage (amis, famille…). Puis, enfin, le public a interagi avec les intervenantes sur  Les difficultés rencontrées autant que femme entrepreneurs et le regard de la société (en incluant le monde professionnel). Durant tout le débat les intervenantes ont répondu aux différentes questions du public.  Des interventions tournant autour de la gestion de leur travail avec des associés masculins, ou leurs réactions face à le harcèlement qu’elles pouvaient rencontrer de la part des hommes dans le monde professionnel. L’échange a été ainsi très riche, ce qui est venu conforter, et réconforter, les organisateurs de l’événement.  

Boushra Fekrani, coordinatrice de MakeSense, l’a d’ailleurs signalé au public «  le but de cet événement est  de créer un échange entre des gens vannant de milieux différents, afin de  définir la réelle problématique à cette thématique dans la société algérienne et de pouvoir apporter une solution par la suite » a-t-elle déclaré..

Cette journée très spéciale a été enjolivée par des manifestations artistiques, lancées à la fin de chaque partie. Au début, la jeune slameuse Ibtissem Hattali, a su faire pleurer beaucoup de personnes, visiblement très affectés par les paroles qu’elle partageait avec eux.

Par la suite,. Deux chanteuses, dont Bahdja Boudoua, ont réalisé une performance musicale (folk à la country puis à la bossa nova) en emportant les esprits loin du débat.

A la fin, une troupe de théâtre interactif (les éducateurs Pairs) a présenté une pièce ayant pour titre «Aya netbadlou les rôles». Le concept de la pièce consiste à inverser les rôles sociaux des hommes et des femmes. Chacun des deux parties a effectué les tâches de l’autre et adopté les attitudes du sexe opposé dans leur quotidien. Les comédiens ont mit l’accent sur ce que les femmes endurent fréquemment pour faire en sorte qu’une prise de conscience puisse avoir lieu avec un style humoristique. Le public a participé dans chaque problématique exposé durant la pièce, en prenant la place des acteurs afin de mieux leur faire prendre conscience des différents problèmes subis par les femmes algériennes dans la société, et freinant leur évolution dans le domaine professionnel. Une chose est sûre, la bonne ambiance était au rendez-vous .des fous rires fusaient dans la salle.de quoi bien clôturer l’événement.   

 Celia BAZIZ

Rédaction Digitale de « Liberté » (#RDL)

Commentaires

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

La UNE de l’édition du Lundi 23 avril 2018

La UNE de l’édition du Lundi 23 avril 2018 Publier votre réaction Nos articles sont ...

Partages
%d blogueurs aiment cette page :
bypass shell
wacth porn
hacklink mature porn